Laurier-cerise

De WikiPhyto
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nom de la plante

Laurier-cerise

Dénomination latine internationale

Prunus laurocerasus L.

Famille botanique

Rosaceae

Description et habitat

  • Originaire d’Europe orientale et utilisé à des fins ornementales (haies)
  • Arbuste toujours vert, grappes de fleurs blanches et petites drupes ovoïdes, rouges puis noires à maturité
  • Feuilles ovales à limbe entier, coriaces, luisantes

Histoire et tradition

  • Les feuilles froissées dégagent une odeur caractéristique d’amande amère
  • L’usage des feuilles dans des préparations culinaires au XVIII° siècle, provoqua des intoxications à l’origine de la découverte de l’acide cyanhydrique

Parties utilisées

Feuille fraîche de l’année, fraîches, récoltées en juillet-aoüt, utilisées pour préparer l’eau distillée de laurier-cerise

Formes galéniques disponibles

  • Eau distillée de laurier-cerise
  • Teinture-mère de Laurocerasus feuille

Dosages usuels

Composition

Composants principaux de la plante

  • Prunasoside (= prunasine) 1,2 à 1,8 % dans la feuille fraîche
  • Complexe enzymatique (émulsine)
  • Amygdaloside dans la graine

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Sert à la fabrication de l’eau distillée de laurier-cerise
  • Titrée à 100 mg pour 100 grammes en acide cyanhydrique total (HCN)
  • Aromatisant, antispasmodique et stimulant respiratoire
  • Contrebalance l’effet dépresseur respiratoire des opiacés
  • Le prunasoside et l’émulsine sont mis en contact par froissement ou broyage, et par hydrolyse enzymatique, l’hétéroside se dédouble en glucose, aldéhyde benzoïque et acide cyanhydrique recueilli par l’eau

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Stimulant respiratoire
  • Toux chroniques

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

Incorporé dans les sirops antitussifs, il contrebalancerait l’effet dépresseur respiratoire des opiacés

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

Intoxication par l’acide cyanhydrique : angoisse, dyspnée, céphalées, douleurs abdominales, nausées, vertiges, hypersalivation, vomissements, hypothermie, faiblesse musculaire, cyanose, contractures, stupeur, puis convulsions avec perte de conscience, coma par asphyxie, arrêt cardio-respiratoire

Références bibliographiques