Quât

De WikiPhyto
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nom de la plante

Quât, Qât, Khat ou Cath

Dénomination latine internationale

Catha edulis Forsk.

Famille botanique

Celastraceae

Description et habitat

  • Arbuste à feuilles persistantes originaire de la corne de l’Afrique (Yemen, Ethiopie, Erythrée, Djibouti, Soudan, Somalie, Kenya, Tanzanie)

Histoire et tradition

  • Les feuilles fraîches sont mâchées et gardées dans la bouche sous la forme d’une boule dans la joue gauche, ce qui permet une extraction lente des principes actifs
  • Ellle est consommée chaque jour par 80 % des hommes et 65 % des femmes au Yemen [1], elle aurait la propriété d’attiser l’intelligence

Parties utilisées

  • Feuilles

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Stimulant, euphorisant et supprime la sensation de faim
  • Pharmacologiquement, la cathinone présente une activité comparable aux amphétamines (ce sont des sympathomimétiques indirects libérant les catécholamines des vésicules neuronales)
  • Norpseudoéphédrine anorexigène

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Interdit : stupéfiant
  • Plante à amphétamine naturelle consommée chaque jour par 80 % des hommes et 65 % des femmes au Yemen

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

  • Sympathomimétique indirect

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • Observations d’hépatite aiguë sévère après consommation de feuilles de khat (nécrose multilobulaire ayant nécessité une transplantation hépatique)
    • L’hépatotoxicité du khat a été montrée chez l’animal
    • Les modifications histologiques ressemblaient à celles induites par l’ingestion d’ecstasy, autre composé amphétamine-like [2]
  • Néphrotoxicité [3]

Références bibliographiques

  1. Fleurentin Jacques. Guérisseurs et plantes médicinales du Yémen: au pays de l'encens, de l'aloès et du café. Paris, Karthala,‎ 2004
  2. Michael Chapman et coll., « The New England Journal of Medicine » du 28 avril 2010, pp. 1642-43.
  3. Shewamene Z, Engidawork E. Subacute administration of crude khat (Catha edulis F.) extract induces mild to moderate nephrotoxicity in rats. BMC Complementary and Alternative Medicine 2014, 14:66 (20 February 2014) Abstract texte intégral